Aller au contenu

AlLyons-y ! Week-end en famille à Lyon – décembre 2021

J’ai déjà évoqué notre propension particulière à attirer la poisse. C’est souvent pénible, particulièrement fréquent, mais toujours drôle (en tout cas, après coup). Mais être des boulets est une autre de nos spécialités familiales.

Après un mois de novembre catastrophique, qui s’en est suivi d’un mois de décembre éprouvant, nous avons eu besoin de nous évader. J’avais des envies de grand air, de respiration en communion avec la nature, de balades au milieu des arbres. Jipé ne rêvait que de lumières, de chaleur et de bons restos. Nous avons réussi à tomber d’accord sur la ville de Lyon, que nous avions déjà visitée tous les deux et que nous voulions faire découvrir aux trois Monstres depuis longtemps.

Lundi 13 décembre, nous passons la soirée à chercher un hébergement et à nous renseigner sur les billets de train. Nous sommes gonflés de bonne volonté à l’idée de prendre les transports, et donc de réduire quelque peu notre empreinte carbone, tout en nous assurant un hébergement Airbnb non loin des lignes de métro, tram ou bus. C’était sans compter sur le prix élevé des hébergements lyonnais à cette période et surtout sur les grèves SNCF. Malgré tout, nous réservons un logement pour une nuit et abdiquons l’idée de prendre le train. Le 18 décembre, nous voilà donc partis, en voiture, pour Lyon.

L’hébergement

Conseil numéro 1 : si l’envie vous prend de vous dépayser, évitez de choisir une grande ville à quelques jours de Noël.

Comme à notre habitude, nous avons le réflexe premier de parcourir Airbnb. Nous restons une nuit sur Lyon, j’estime le prix du logement par rapport à ce que je connais de Paris, où nous nous sommes rendus plusieurs fois déjà. Je ne trouve rien. Je me dis que j’ai dû faire une erreur dans la recherche. Oui, en effet : j’ai vu trop bas. Je m’étrangle un peu plus à mesure que j’augmente le prix maximal. Une nuitée à Lyon aux alentours de Noël s’avère bien plus chère qu’une nuitée à Paris. Ouch. J’ai l’espoir que ce soit dû à la proximité des fêtes et à notre recherche tardive (sans conviction).

Dans le peu de choix qui nous est offert, et après avoir tenté à contrecœur des recherches dans les hôtels lyonnais, nous choisissons un appartement spacieux, situé à Saint-Just, non loin du funiculaire et d’une ligne de bus, et qui offre la possibilité de se garer facilement dans la rue (sur le papier, du moins). Une grande pièce de vie, une salle de bain, deux grands balcons, trois chambres, le tout dans un appartement traversant fraîchement rénové, au 6eme étage. Le luxe si près du Vieux Lyon.

Notre avis

L’appartement est certes spacieux et impeccable, mais mon avis reste un peu mitigé. Les prestations ne comprennent pas le petit-déjeuner, comme c’est souvent le cas dans les Airbnb (d’où le nom, sans vouloir faire ma prof d’anglais pointilleuse…) et l’appartement peut être peu adapté pour les enfants, puisqu’il est constitué de nombreuses pièces de décoration fragiles disposées à portée de main ou à même le sol. Nous avons pu effectivement nous garer gratuitement, mais la place durement dénichée était en fin de compte assez loin de la résidence. Donc malgré la qualité de l’appartement, le prix de 176€ me parait quand même bien élevé. Les échanges avec Vanessa ont été en revanche faciles, et elle s’est montrée disponible et arrangeante sur les horaires.

Le Vieux Lyon

Une traboule du Vieux Lyon

Vous avez des enfants ? Ils sont dynamiques, pleins de feu et d’énergie, ils aiment courir à perdre haleine et se perdre dans les espaces qui s’étendent à perte de vue ? Ils aiment l’école et font preuve d’une telle concentration la semaine qu’une fois le week-end arrivé, ils ont besoin d’un exécutoire, de cris, d’évasion et de liberté ?

Alors fuyez le Vieux Lyon.

Ou soyez juste plus futés que nous, et n’y allez que quand vos enfants sont reposés émotionnellement et physiquement.

S’il est un endroit que nous aimons vraiment beaucoup, c’est le Vieux Lyon. Les ruelles étroites et pavées, les vieilles pierres, les traboules et autres passages secrets, la chaleur architecturale et l’ambiance joviale, tout nous plait dans ce quartier. Artisans et restaurateurs s’y côtoient pêle-mêle, sous l’œil maternelle de la haute cathédrale Saint-Jean qui se pare de lumières chaque année en décembre. L’on peut aussi y trouver des musées et autres arrêts culturels notables.

  • Informations : Vieux Lyon, 5eme arrondissement, renseignements sur le site https://www.visiterlyon.com/quartier-vieux-lyon

Notre avis

Le Vieux Lyon fait partie de nos coups de cœur. Comme nous aimons l’ancien, les vieilles pierres chargées d’histoire et les ruelles exaltant la convivialité, il était évident que nous tomberions amoureux de ce quartier. Les enfants l’ont beaucoup aimé également, mais il faut avouer que son parcours n’a pas été facile. Exténués par les semaines de travail à l’école et excités par le début des vacances et la perspective des fêtes de fin d’année, Doudou et Poulette ont été assez difficiles à canaliser. Dans ces belles ruelles bondées, il n’a pas été facile pour eux de se contenir, de ne pas partir à droite ou à gauche au risque de se perdre et de ne pas courir en tous sens. Une belle découverte pour eux, mais un moment vraiment sportif pour nous.

Le Musée Miniature et Cinéma

Miniature présente au musée.

Situé quelque part au milieu du Vieux Lyon, le Musée Miniature et Cinéma passe quelque peu inaperçu dans le paysage du quartier. Comme nous l’avions déjà repéré et fait avec Jipé, nous avons guetté et l’avons aperçu au dernier moment lors de notre traversée du Vieux Lyon. Etant donné la surexcitation générale de notre troupe de Monstres, nous avons hésité à le visiter. Mais ça nous tenait à coeur. Alors nous risquons une crise de honte consécutive à un comportement potentiellement ingérable de notre marmaille démoniaque et passé l’entrée.

Et nous faisons bien.

Les enfants (les trois, une fois n’est pas coutume !) sont subjugués. Pas par tout, et pas par les mêmes éléments, mais chacun leur tour, ils sont impressionnés, époustouflés ou horrifiés. L’étage des miniatures les laisse ébahis, les collections leur plaisent et la structure générale du musée, disposé sur cinq étages, leur permet de se dégourdir suffisamment les jambes pour ne pas ressentir l’envie de courir dans tous les sens. En prime, le musée a mis en place un jeu, qui consiste à retrouver quatre figurines dissimulées dans le musée, avec un prix à la clef, ce qui maintient leur motivation le temps de la visite.

  • Informations : Musée Miniature et Cinéma, 60 rue Saint Jean 69005 Lyon, renseignements sur le site https://www.museeminiatureetcinema.fr/

Notre avis

Comme lors de notre première visite, nous avons été subjugués par la diversité de ce qui est présenté. Comme nous, les Monstres ont beaucoup aimé la visite, et la bonne idée du jeu fait de ce musée un lieu vraiment adapté aux enfants. Si je devais trouver un point négatif, je dirais son prix. Nous avons payé un peu moins de 40€ pour deux adultes et trois enfants, ce qui reste un budget certain pour une famille (surtout quand on est habitué aux musées gratuits, comme c’est le cas à Dijon). Malgré ce bémol, c’est un endroit que nous recommanderions sans aucune hésitation, surtout avec des enfants.

Notre-Dame de Fourvière

Entrée de la basilique

Conseil numéro 2 : n’oubliez pas qu’une basilique est un lieu de culte, pas seulement un monument historique.

La basilique est impossible à manquer, puisqu’elle domine Lyon depuis les hauteurs de Fourvière. Les plus courageux peuvent y accéder à pied depuis le Vieux Lyon ; les autres préféreront le bus, la voiture, ou mieux, le funiculaire. Notre première escapade en amoureux à Lyon nous avait fait tomber en pamoison devant Notre-Dame de Fourvière, aussi était-il impensable de ne pas y emmener les Monstres. Surtout que nous savions que la vue, depuis le parvis de la basilique, est imprenable.

Samedi soir, après la journée exténuante passée dans le Vieux Lyon et au terme d’un repas copieux, nous décidons d’emmener les Monstres profiter de la vue nocturne sur les lumières lyonnaises. Direction le funiculaire, où nous trouvons in extremis une place tant il est bondé. Arrivés à destination, nous suivons la foule jusqu’à la sortie… elle-aussi gorgée de monde. Nous nous faufilons tant bien que mal, surpris par cette foule. Nos oreilles perçoivent alors les premières notes d’une musique inconnue. Là-haut, la basilique s’illumine de mille couleurs au rythme de musiques diverses : une foule énorme s’amasse pour profiter du spectacle grandiose. Les Monstres sont subjugués (ils ne sont pas les seuls). Le spectacle se termine, nous nous engageons sur le parvis de la basilique (non sans nous tromper de sens, bien entendu… pas grave, faire des kilomètres pour rien, c’est notre passion…). La vue sur Lyon est en effet imprenable : une épais brouillard cache toutes les lumières de la nuit. Heureusement que le spectacle sons & lumières nous a sauvés la mise.

Dimanche matin, nous retournons à la basilique. Nos plans prévoient de la visiter avant de traverser Lyon en direction du Parc de la Tête d’Or. Basilique. Dimanche. 10h. Le plus gros échec de l’histoire de nos voyages.

Beaucoup de gens montent à la basilique en même temps que nous. A l’entrée, un panneau : messe en cours, merci de ne pas faire de visites. Très spontané, Doudou traduit aussitôt nos pensées profondes “Ah les boulets !”.

La famille de boulets revient donc tenter sa chance dans l’après-midi. La vue sur Lyon est toujours voilée, mais superbe ; l’intérieur de la basilique est propre et haut en couleurs. La crypte, accessible à tous, est un double enchantement : tout d’abord pour sa luminosité inédite pour une crypte, en tout cas selon notre expérience limitée, et ensuite pour sa crèche magistrale qui a ébahi les Monstres.

  • Informations : Notre-Dame de Fourvière, informations sur https://www.fourviere.org/fr/

Notre avis

Etape incontournable de Lyon. Si vous n’aimez pas spécialement les lieux religieux, le parvis reste un atout de taille, grâce à la vue qu’il offre sur la ville de Lyon. La visite est intéressante et rapide, même avec des enfants, et la basilique est aussi impressionnante de l’intérieur que de l’extérieur. En prime, le spectacle sons & lumières était un véritable enchantement, et s’il n’est pas permanent, les spectacles de ce genre ne sont pas rares à Fourvière.
Vue sur Lyon depuis Fourvière

Le Parc de la Tête d’Or

Le théâtre de Guignol

Si vous venez de la campagne ou si vous avez des envies de verdure, si les bruits urbains vous sortent par les oreilles ou si vos enfants ont besoin de se dégourdir les jambes sans le risque de passer sous un tram, le Parc de la Tête d’Or est l’oasis de verdure dont vous avez besoin.

Situé dans Lyon-même, il s’étend sur plus de 100 hectares, abrite de nombreuses espèces animales (dans et en-dehors du parc zoologique qu’il accueille) et végétales, offre quelques kilomètres de chemins, de vastes pelouses et plusieurs aires de jeux pour enfant. En outre, le théâtre de Guignol est dressé en son centre, près d’une esplanade où se mêlent roulottes de restauration et manèges.

  • Informations : Parc de la Tête d’Or, accessible en bus et tram, 69006 Lyon, http://www.jardin-botanique-lyon.com/jbot/sections/fr/informations_pratiques/index/
L’enclos des singes

Notre avis

Nous savions avant même d’arriver à Lyon que nous emmènerions les Monstres se dégourdir sur les espaces immenses du Parc. L’appartement loué n’était pas des mieux placés pour s’y rendre, mais ce détail ne nous a pas freinés. Bilan : 1h30 de transport de Fourvière au Parc (disons qu’en bons provinciaux qui se respectent, nous avons effectué quelques détours inutiles…), des enfants frigorifiés avant d’avoir passé les grilles, et Doudou qui s’étale de tout son long sur le chemin bétonné à l’entrée et se met à hurler “Je veuuuuuuuux rentreeeeeeeeeer”. Ô joie.
Malgré ces débuts calamiteux, nous y avons passé un beau moment. Le bilan reste un peu contrasté malgré tout, et j’avoue que j’avais un meilleur souvenir de ce parc : les roulottes et les manèges étaient chers, le jardin zoologique a plu aux enfants mais les enclos, trop petits à mon goût, m’ont dérangée, et les diverses commodités (notamment les toilettes) étaient fermées, peut-être en raison de la période hivernale. J’ai bien conscience que le Parc représente un atout de taille pour les citadins ; mais après avoir joui de grands espaces lors de nos diverses randonnées cette année, je me suis sentie un peu à l’étroit dans cette nature trop urbanisée.

Le périple dans les transports

Information pratique hautement vitale : avant toute chose, il faut savoir qu’il existe de nombreux abonnements divers pour le réseau urbain. Personnellement, nous avons opté pour une formule particulièrement avantageuse pour les familles : une carte familiale à voyages illimités, valable une journée, qui nous a coûté 6€ pour 5. Je crois que c’est ce que nous avons connu de plus avantageux jusqu’à aujourd’hui, avec l’Oyster Card de Londres.

Il faut savoir que Doudou est un fan absolu de transports, tout type confondu. Il voue une passion sans limite aux trains, mais il se satisfait de n’importe quel genre de transport, de la trottinette au bateau à vapeur. Donc ce que j’appelle périple est plutôt considéré de son point de vue comme un paradis.

Bien que nous ayons opté pour la voiture pour rejoindre Lyon, en raison des grèves SNCF annoncées, nous n’y touchons plus dès que nous mettons le pied sur le sol lyonnais. Pour des raisons pratiques autant qu’écologiques, d’ailleurs. Nous savions l’appartement bien situé par rapport au réseau, ce qui a en partie déterminé son choix d’ailleurs.

Pour le plus grand plaisir de Doudou, nous alternons entre, je pense, tous les transports proposés par la ville de Lyon, en-dehors du train.

  • Le funiculaire

Le transport que nous empruntons le plus ce week-end. Il n’est pas le plus près de l’appartement, mais il nous amène directement au Vieux Lyon, destination première, ainsi qu’au réseau de métro. Très pratique, très rapide, il garde par ailleurs un petit goût d’ancien. Les Monstres sont ravis de l’utiliser et nous l’apprécions tout autant. Ne serait-ce que par curiosité touristique, il vaut bien un petit détour, donc n’hésitez pas à l’essayer !

  • Le bus

Que dire du bus ? Comme dans toute métropole qui se respecte, le réseau est étendu et bien desservi. Les bus sont nombreux et les lignes ne sont pas trop difficilement identifiables. Le petit plus de Lyon : certains bus sont reliés à un réseau de câbles, ce qui en fait des transports hybrides, à cheval entre le tram et le bus. Un bonheur pour Doudou !

  • Le métro

Moins encombré que le métro parisien, le métro lyonnais offre toutefois moins de lignes. Pour des provinciaux peu habitués à ce genre de réseau, c’est un bon moyen de pour s’habituer à ce genre de transports, car il y a moins de risques de s’y perdre. Le petit plus qui a envoyé les trois enfants au paradis : la ligne D, sans conducteur, qui permet d’avoir une vue imprenable sur les rails.

  • Le tram

C’est le moyen de transport que nous avons le plus attendu. Les trams passent en moyenne toutes les 10 à 12 minutes. Impossible de dire si le réseau est bon, puisque nous n’avons pris le tram qu’une fois, et en prime, il était surchargé. Il reste toutefois pratique et aimé par les enfants, même si les nôtres ont l’habitude du métro dijonnais.

Les restaurants

A Lyon, impossible de mourir de faim, tant il y a de points de restauration au m².

Et puis, ça fait partie de l’histoire de la ville : Lyon est quand même réputé pour ses bouchons, petits restaurants traditionnels sans prétention où l’ambiance est conviviale et la cuisine généreuse.

Nous avons testé deux restaurants dans le Vieux Lyon, ainsi qu’un salon de thé et des cabanes à emporter au Parc de la Tête d’Or.

  • L’Authentik

Bon, ce n’est pas un choix de raison, mais d’estomacs en détresse. Nous venons d’arriver, nous nous baladons dans le Vieux Lyon, il est presque 14h, les Monstres crient famine en plus de geindre de fatigue. Contre toute attente, les rues sont bondées, les restaurants pleins. Nous cherchons désespérément un petit bouchon lyonnais mais tous sont complets. Nous passons deux fois devant l’Authentik, avant de nous résoudre à y entrer. Le restaurant ne nous inspire pas vraiment : moderne, énorme, avec une carte trop longue pour inspirer confiance. Mais il faut bien manger. Alors nous entrons, sommes tout de même bien accueillis, dans un décor industriel soigné, et choisissons des plats qui nous sont rapidement servis.

Informations : L’Authentik, 1 place du change 69005 Lyon, Restaurant traditionnel et bar à Lyon – Poussez les portes (lauthentik-lyon.fr)

Notre avis

Contre toute attente, nous avons plutôt bien mangé. Comme annoncé par le serveur, les plats étaient copieux, donc nous avons eu bon nez de choisir un seul plat pour Doudou et Poulette. La tartine que j’ai choisie et les burgers choisis par Jipé et Loulou étaient très gros et dotés d’un solide accompagnement. Pour une restaurant de chaîne, les repas sont bien cuisinés et certains produits étaient sans aucun doute frais. Une bonne adresse si vous voulez manger rapidement et n’avez pas d’exigence gastronomique particulière (pour dépanner, quoi).
  • L’Auberge des Canuts

Echaudés par notre expérience du midi, nous nous mettons en quête d’un restaurant pour le samedi soir dès que nous finissons notre déjeuner. L’Auberge des Canuts fait partie des mieux notés d’un site touristique sur Lyon. Nous jetons d’abord notre dévolu sur un autre, qui est fermé lorsque nous tentons de passer y réserver une table. Nous optons donc pour l’Auberge des Canuts, authentique bouchon lyonnais comme nous le souhaitions.

Comme attendu, le restaurant est typique des tables lyonnaises, montés sur deux étages assez étroits, et la carte centrée sur les spécialités lyonnaises. La vue sur la place Saint-Jean n’est de surcroît pas pour nous déplaire.

Informations : l’Auberge des Canuts, 8 bis place Saint-Jean 69005 Lyon, L’Auberge des canuts – Restaurant Bouchon Lyonnais dans le Vieux-Lyon (auberge-des-canuts.com)

Notre avis

Plutôt positif, même si le repas n’a pas été transcendant. Les plats servis, spécialités lyonnaises, étaient bien réalisés, la présentation sobre, le service efficace et le décor chaleureux. Petit bémol pour l’accueil un peu froid, même si les serveurs se sont montrés par la suite à l’écoute. L’ensemble des plats satisfait les papilles en attente de spécialités lyonnaises sans pour autant envoyer au septième ciel. C’est efficace, sans plus. Mention spéciale pour le jeune serveur très sympathique qui s’est attiré les faveurs de Poulette : “Maman, le serveur je le trouve trop beau”.
  • Le banana’s

Situé dans le Vieux Lyon, place du gouvernement, en face de la salle d’arcade, ce salon multifacette propose des glaces, des salades, des gaufres, des boissons… bref, de quoi se réchauffer.

Informations : 1 place du gouvernement 69005 Lyon.

Notre avis

Rien à dire de spécial sur ce salon de thé/crêperie/glacier/on ne sait pas trop quoi en fait. Nous avions froid, besoin d’un endroit chaud, il restait une table, nous nous y sommes faxés difficilement et avons commandé des boissons chaudes. Les chocolats chauds et le thé étaient corrects, sans être délicieux. Un bon refuge si vous mourez de froid et n’avez aucun autre endroit où aller, mais loin d’être incontournable.
  • Les cabanes du Parc de la Tête d’Or

La bonne idée du siècle : manger sur le pouce au Parc de la Tête d’Or dans le froid hivernal. Jipé a pourtant proposé d’aller acheter des sandwichs au Franprix en face. J’ai refusé, avançant ma volonté d’éviter les emballages plastiques et la possibilité de trouver de quoi se restaurer plus dignement dans le Parc. La blague.

Nous jetons donc notre dévolu sur les cabanes au centre du Parc, en face de la maison de Guignol, et choisissons des sandwichs chauds : hot-dogs et hamburgers pour les Monstres, paninis végétariens pour nous.

Notre avis

Allez au Franprix. Vraiment. Sans aucune hésitation. Je ne sais pas ce qu’on y trouve, sans doute rien de magistral en terme de nourriture à emporter, mais au moins, ça correspondra au prix que vous y aurez mis. Au Parc, nous avons clairement payé l’emplacement. Les sandwichs étaient petits, sans grande originalité, d’une pauvreté affligeante, pour un prix exorbitant. Les cabanes sont à garder uniquement si vous vous perdez dans le Parc et mourez de faim. Et encore, je ne sais même pas si ça justifierait vraiment un achat.

Conseils en vrac

  • Le grand centre commercial la Part Dieu est immense mais à éviter en période de Noël. A tout prix. Nous y sommes entrés pour aller aux toilettes après notre passage au Parc de la Tête d’Or. Certes, les grands centres et nous, ça fait deux (voire plus). Mais entre la cohue, les bousculades, la chaleur, et la queue absolument partout (même aux toilettes : et la file d’attente commençait pour payer l’entrée…), nous nous sommes rapidement sauvés… sans avoir profité des toilettes.
  • Avec des enfants, évitez peut-être le Vieux Lyon à cette période. C’est certes un quartier incontournable, mais les rues restent assez étroites, donc quand elles sont bondées, ça devient vite compliqué. Après, nos enfants sont habitués aux grands espaces de randonnée, et en prime, c’était le premier jour des vacances scolaires, avec toute la fatigue que ça comprend. Donc question difficultés, nous ne nous sommes pas facilités la tâche.
  • Si toutefois, vous vous aventurez dans le Vieux Lyon avec vos enfants, partez à la recherche des traboules. Moins fréquentées que les rues, elles permettent de faire retomber un peu la pression de la cohue et ont des allures de passages secrets amusants pour les enfants.
  • Les transports lyonnais proposent un forfait famille à 6€ la journée. Le ticket est valable pour tous les membres, 24h, dans tous les transports de la ville. Imbattable, mais encore faut-il être au courant.

Conclusion

Lyon reste malgré nos déboires une ville coup de cœur. Animée, vivante et bonne vivante surtout, elle n’a rien de l’esprit guindé qui a tendance à s’emparer des grandes villes. Le Vieux Lyon reste notre endroit favori, avec ses ruelles étroites et joviales et ses bouchons sans prétention. Si le choix d’une grande ville n’était sans doute pas une idée lumineuse à l’approche des fêtes et avec la fatigue du début de vacances, nous ne regrettons en aucun cas notre périple et sommes ravis de constater que cette si belle ville que nous avions découverte en amoureux reste tout aussi agréable en famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *